Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

25 janvier 2006 3 25 /01 /janvier /2006 08:51

Art Blakey crée les Jazz Messengers avec Horace Silver en 1954. Lorsque ce dernier quitte le groupe en 1956, le batteur, loin de déposer les baguettes, prend le virage d’un jazz résolument soucieux de proclamer son héritage, l’esprit du blues et du gospel. Dans le monde entier, le groupe fait triompher un swing simple, généreux et déchaîné qui ne renie pas d’évidentes attaches avec la danse. 

L'équipe de jeunes et talentueux musiciens qui enregistre "Moanin'" est sans aucun doute la meilleure de toute la longue carrière de la formation. Outre Lee Morgan à la trompette, Bobby Timmons au piano et Jymie Merritt à la contrebasse, Blakey s'est trouvé un nouveau directeur artistique en la personne du saxophoniste et compositeur Benny Golson. Cet album plus pensé pour les pieds que pour la tête contient deux titres tout à fait incontournables.  "Moanin’", véritable choc pour le public qui, grâce au climat torride et à l’énergie inépuisable qui l’habitent, fut une sorte d'hymne « funky » pour toute une génération, et la célébrissime "Blues March" que Frank Ténot et Daniel Filipacchi vont bientôt choisir comme indicatif de leur émission « Pour ceux qui aiment le jazz » et qui va, du même coup, devenir un titre culte pour des milliers d’auditeurs français. 

"Moanin’" est en conclusion totalement jubilatoire, une machine implacable à faire dandiner les corps y compris les plus rétifs.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires