Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

2 février 2006 4 02 /02 /février /2006 00:10

Wes Montgomery a traversé le ciel étoilé du jazz d’après-guerre en y laissant une empreinte indélébile. Son style accessible et sa technique innovatrice donneront ses lettres de noblesse à la guitare jazz. Lui qui ne savait ni lire ni écrire la musique a élaboré un système harmonique complexe. Il a développé une voix, un son rond et chaud inoubliable, un phrasé unique par l'usage du pouce comme médiator et par ses passages d'accords vertigineux. Ce concert enregistré sur la scène du Tsubo le 25 juin 1962 ayant été annoncé par la presse, la foule fut si nombreuse que des spectateurs écoutèrent le concert depuis le parking. La musique coule dans une sorte d'évidence heureuse, un swing félin, élégant, servi par une rythmique qui est sans doute ce que les années 60 ont connu de mieux, celle de Miles Davis : Wynton Kelly au piano, Paul Chambers à la contrebasse et le batteur Jimmy Cobb. S'y ajoute un Johnny Griffin totalement déchaîné sur son ténor. Le guitariste virtuose transforme Tsubo Club en une fiévreuse étuve, enchaîne ses courts et fulgurants chorus qui devaient marquer toute une génération et change à tout jamais la face de l’instrument dans l’histoire du jazz. Absolument imparable.



Partager cet article

Repost 0

commentaires