Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 13:38

A Toronto le 15 mai 1953, un quintet incroyable s’apprête à donner un concert mythique.  Sur scène, Dizzy Gillespie à la trompette, Charlie Parker sous le pseudonyme de Charlie Chan pour éviter les poursuite de Verve chez qui il était sous contrat au saxophone, Charles Mingus à la contrebasse et Max Roach à la batterie. Soit réunis pour la première fois les cinq grands géants du be-bop. Pour la petite histoire la salle était au deux tiers vide, puisque le même soir ce déroulait un championnat de boxe poids lourd fort attendu entre Rocky Marciano et Jersey Joe Walcott. 

Le fantasque Parker arrive sans instrument et loue un alto en plastique blanc tandis que le jeune Mingus quant à lui prend sur lui d’enregistrer ce concert mirifique pour le label Début qu’il a fondé avec Max Roach. 

Entre l’héroïne de Parker, le degré d’alcoolémie de Powell, l’attrait qu’exerce le match sur Gillespie qui fonce en coulisse entre deux soli pour compter les points, le désastre semble inévitable. Pourtant il se dégage de cette heure de musique une énergie, une joie de jouer contagieuse. 

Parker brille comme toujours par sa vitesse et sa fluidité, Dizzy Gillespie n’a rien a lui envier en terme d’imagination débordante, et de soli pétaradants sur des tempos haletants menés par une si trépidante section rythmique –mais en est ce encore une ? – qu’on retrouve en trio sur la deuxième partie de l’enregistrement et où l’on profite peut être mieux encore de la virtuose implacable  de Bud Powell, de la maestria de Charles Mingus et les bouillonnements du grand Max Roach. 

Historique!



Partager cet article

Repost 0

commentaires