Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 10:29

Lorsque Kenny Burrell enregistre ce disque pour Blue Note, il est déjà un leader et sideman reconnu pour avoir participé à une bonne centaine de sessions avec notamment John Coltrane, Dizzy Gillespie, Oscar Peterson, Coleman Hawkins, Benny Goodman, Jimmy Smith, Stan Getz, Gil Evans ou Chet Baker.

Guitariste favori de Duke Ellington, il a fait ses classes avec le bebop et est alors très recherché pour ses accompagnements particulièrement élégants où le swing prend toujours le pas sur toute velléité de démonstration de virtuosité  ainsi que pour ses soli inventifs particulièrement expressifs et efficaces.  

  A une époque où les limites du jazz ont été poussées toujours plus loin, que les improvisations se font de plus en plus complexes, Kenny Burrell met tout à plat et retourne à la racine de ses  influences musicales. Entouré du saxophoniste ténor Stanley Turrentine, du bassiste Major Holley, du batteur Bill English, et du percussionniste Ray Barretto il ralenti le tempo, se concentre sur la note bleue et grave le plus jazz des disques de blues. Groovy et décontractées, les lignes délicates du guitariste subtilement accentuées de rythmes latins, se font feutrées, pensives et racontent à qui veut bien l’entendre des histoires vieilles comme le jazz, universelles et immuables.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

http://poweredbackups.com/ 09/06/2014 14:26

Now days there are only few saxophone players that could play the fluent jazz. The jazz is all about the momentary freedom that they experience on the stage, the freedom to play anything within root. Thank you for the share.