Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 21:21

Rahsaan Roland Kirk a un moment souffert de l’image d’Epinal d’un aveugle multi-instrumentiste enfournant trois cuivres dans sa bouche, arbre cachant la forêt de générosité d’un musicien hors du commun, créateur d’un univers sonore totalement nouveau quoique profondément marqué par l'essence du blues, et doué d’une technique rare. Le grand Mingus ne s’y est pas trompé en le choisissant pour son magistral album "Oh Yeah !". Ici, entouré de Ron Burton au piano, du bassiste Steve Novosel, du batteur Jimmy Hopps et du tromboniste Dick Griffith, il décrasse avec humour et gourmandise tout l’éventail de la great black music dans un programme profondément introspectif. Blues furieux, prêche enfiévré dans lequel résonnent la clameur de la soul et l’esprit du free : Roland Kirk exulte et dans sa bouche les mélodies les plus simples se changent en chant d’amour universel d’une intensité saisissante.   

 


Repost 0
17 avril 2006 1 17 /04 /avril /2006 02:16

Ahmad Jamal est reconnaissable entre tous : renversante virtuosité, attaques percussives, ces successions de notes cristallines, surabondance d’idées… Après avoir révolutionné l’histoire de l’instrument et l’art du trio dans les années cinquante, il possède aujourd’hui la plénitude de celui qui n’a plus rien à prouver. Son style a bien entendu évolué au fil des années pour passer d'un jeu fin et feutré à une vision plus orchestrale de l’instrument, un jeu puissant à la dextérité folle où est cependant perceptible ce sens de la nuance qui le caractérise. 

Accompagné d’un quartette tout simplement épatant : James Cammack ou Jamil Nasser à la basse, Idris Muhammad à la batterie, la percussion Afro-Latine de Manolo Badrena qui s’insinue dans l’interstice des notes du maître, sans oublier un George Coleman dense et puissant au meilleur de sa forme au saxophone ténor, il nous propose une musique violemment charnelle, emplie de mélodies entêtantes où les climats se bousculent. Une explosion en feu d'artifice de notes scintillantes, une musique profonde, un tempo tendu comme une corde de contrebasse . . . Une quintessence de l’art du pianiste



                                                                  

Repost 0
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 00:20

C'est au cours de la séance du 26 novembre 1945 qu'enregistre Charlie Parker pour Savoy que sont gravées les toutes premières faces purement bop de l’histoire du jazz. Comme toutes celles qui suivront, plus d’une trentaine entre 1945 et 1948, elles appartiennent à la légende du vingtième siècle. La musique y est d’une densité et d’une richesse extraordinaires, déferlement mélodique, audaces rythmiques, innovations harmoniques. Parker – accompagné entre autres de Dizzy Gillespie, Bud Powell, Max Roach, d’un Miles Davis encore tout jeune ou encore de John Lewis - y pose l’esthétique d’une musique fulgurante qui allait changer le cours du jazz. 

Véritable prestidigitateur capable de transcender un thème, de s'en éloigner, de le dérober et d’y revenir au détour d’une folle improvisation avec une fièvre, un lyrisme et une densité extraordinaires, il est le symbole de la vitalité de cette musique en mouvement perpétuel. 

Bird lives… l’oiseau à l’apogée de sa carrière, dans un flot d’improvisations, s’envole pour chanter au firmament. 


Repost 0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 14:10

 Le 4 tet de Matthieu Marthouret, créé il y a deux ans avec D. Prez au sax, S. Zerafa à la guitare et M. Franchi à la batterie, présente  son album Playground. Un répertoire de ses propres compositions originales, mélodiques, rythmées et énergiques dans la lignée de la mouvance du jazz contemporain New-Yorkais, prolongement naturel du hard-bop des années 60 ouvert à de multiples influences… Un jazz « actuel », à la fois riche et accessible à un large public. Retrouvez le sur :

 

Repost 0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 00:57

En juin 1963, Paul Desmond, entouré de Jim Hall à la guitare, de Gene Cherico à la contrebasse (à part sur le titre phare où il est remplacé par Gene Wright ) et du splendide batteur du Modern Jazz Quartet Connie Kay, nous délecte d’un "Take Ten" à la métrique similaire au "Take Five" qu’il a composé pour le quintette de Dave Brubeck et au matériel thématique peut-être moins immédiatement attractif mais finalement tout aussi propice à ses envolées diaphanes. Tout le long de l’album, le jeu fluide et aéré, un brin nonchalant et à l’invention mélodique sans cesse renouvelée de ce saxophoniste qui avait derrière la tête de sonner comme un dry martini semble flotter au-dessus des embûches rythmiques et se jouer des chausse-trappes harmoniques. Rivalisant de délicatesse avec la guitare sobre et troublante de Jim Hall en lieu et place de pianiste, le détachement souverain et l’humour ravageur de Paul Desmond s’expriment en musique par un discours détendu et une sonorité lumineuse qui font merveille sur les magnifiques réinterprétations des "Samba De Orfeu" et "Theme From Black Orpheus" immortalisés en 1959 par le film de Marcel Camus "Orpheo Negro".

 


                                                                

Repost 0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 11:53




Même si ces tableaux sont toujours à prendre avec la plus grande circonspection...
Repost 0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 11:00

 

Capture.PNG

Capture2.PNG

 

http://imageshack.us/a/img27/7421/capturehyq.png

http://imageshack.us/a/img507/1205/capture1o.png

 

 http://imageshack.us/a/img585/2096/captureca.png

http://imageshack.us/a/img59/8360/capture1tv.png

 

Capturer.JPG

Capturer-copie-5.JPG

 

 

Capturer-copie-1.JPG

Capturer-copie-2

 

 

Capturer-copie-3.JPG

Capturer-copie-4.JPG

 

Capturer-copie-6.JPG

 

Capturer-copie-7.JPG

Capturer-copie-8.JPG

 

Capturer-copie-9.JPG

                                                   Capturer-copie-10.JPG

Repost 0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 11:51

 

Jackie McLean,  entouré du formidable tromboniste  Grachan Moncur III qui signe ici trois compositions, du vibraphoniste Bobby Hutcherson, de Larry Ridley à la contrebasse et du batteur Roy Haynes signe un album sulfureux à l’imprégnation bluesy, influencé par les langueurs de la Côte Ouest entrelacées des innovations libertaires d’Ornette Coleman.  Un album vaporeux et tendu, où l’exploration modale et l’absence de piano permettent aux autres instruments, la basse, la batterie, le vibraphone, d'occuper l'espace sonore autrement et au saxophoniste d’élargir encore ses improvisations au sein d’un langage neuf. Thèmes étranges, aux allures fantômatiques, musique distendue aux couleurs inhabituelles totalement habitée par les ondulations serrées, plaintives et mordantes de Jackie McLean qui entraîne tout ce beau monde valser au firmament.

 


                                                                 

Repost 0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 12:19

L’un des plus célèbres et des plus indispensables disques de Mingus. Dès l’ouverture, "Better Git It In Your Soul", le ton est donné. A cheval entre tradition et modernité, les compositions allient la rudesse et la spontanéité des racines de la musique noire américaine (blues, gospel...) aux plus audacieuses avancées du bop, en passant par le jazz ellingtonien, pour faire de l'orchestre tout entier un soliste collectif.  S’ensuit un chapelet de chefs-d’œuvre, "Goodbye Pork Pie Hat", hommage au grand saxophoniste ténor Lester Young  et l'une des plus belles ballades du contrebassiste, "Fables of Faubus", attaque virulente contre le gouverneur de l'Arkansas Orval Faubus qui avait demandé l'ajournement de l'admission d'une quinzaine de Noirs à l'université de Little Rock, à la rentrée 1957, de crainte de voir des émeutes se déclencher. A noter, que le texte ainsi que le chant grinçant et sarcastique de Mingus et de son batteur ont été ici censurés par les dirigeants de Columbia car jugés trop virulents. "Open Letter to Duke" composé pour Duke Ellington, "Bird Calls" en hommage à Charlie Parker et "Jelly Roll" à la mémoire de Jelly Roll Morton, c’est bien une mise en perspective de l’histoire du jazz  et de sa dynamique  qui est ici proposé par Mingus et son orchestre fétiche (John Handy, Shafi Hadi et Booker Ervin, le tromboniste Jimmy Knepper, le pianiste Horace Parlan, et le batteur Dannie Richmond).  Un des sommets de sa discographie, du jazz et de la musique en général.

 


                                                                                        
Repost 0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 10:05

 




Le blog de la Lady   - titre qui lui fût décerné durant le siècle dernier par Sir Richard Davis himself - au programme : chroniques, souvenirs, anecdotes et blind test.

La vie c'est vraiment comme le jazz, c'est mieux quand on improvise.

 

 

 

 

chronique de jazz de Bruno Pfeiffer journaliste à Libération, "observateur du monde à travers le jazz et le blues, deux formes d'expression artistique majeures du XXe et XXIe siècle



http://fdata.over-blog.net/4/05/61/60/avatar-user-3365446-tmpphpC5wBbk.jpeg

Lily aime la musique. Toutes les musiques, avec une préférence pour le jazz. Tous les jazz.

Lily  s'invite aux concerts aussi. Souvent elle y découvre des artistes et elle aime leur musique.

Alors, Lily achète leur cd pour l'écouter chez elle, dans son fauteuil, celui avec des accoudoirs en bois.

Mais il arrive que ces artistes ne vendent pas de disques. Parce que ... c'est comme ça.

Alors Lily a monté son label pour y accueillir les projets musicaux qui la bottent grave!

 

 

 

 

Le jazz a sa tribune

 

 

 

L'oeil de Juan-Carlos Hernandez



   

Jazzques, revue d'un cousin belge. Compte rendu des spectacles de jazz de la capitale bruxelloise, chroniques de disques et gros talent.

 

 

Le site du jazz manouche


 

Babayaga  est une sorcière cachée au fin fond des 70's près à bondir et vous assener un bon gros groove issu de ce que le jazz rock/fusion à su produire de meilleur.

 


Regroupement en association de labels indépendants producteurs de jazz. Journal trimestriel, nouveautés éditées et catalogue en ligne.

http://imageshack.us/a/img259/1906/capturerou.png

http://imageshack.us/a/img40/6671/capturezns.png
Belette & Jazz ... tout un programme non ?




   
Un frisson de bonheur dans vos oreilles!



Forum Jazzmen ...

 

 

Jazz Swiss Connection

 

 http://imageshack.us/a/img708/2908/capturephc.png

Jazz et Musiques Actuelles en direct

sur Fréquence Amitié Vesoul 91.3 

et en libre écoute sur

 

Des idées de lectures, de confitures que l'on vous susurre pour tous les âges, même mûr, c'est sûr et c'est sur.

 

Repost 0