Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 21:47

En 1962, Abdullah  Ibrahim, alors Dollar Brand, quitte l’Afrique du Sud et le cauchemar de l’apartheid pour s’installer à Zurich. Un après, le destin lui fait de l’œil sous les traits du Duke en personne et l’extirpe d’un anonymat fort dommageable. 

Belle histoire qu’on prendrait à tort pour l’acte de naissance de l’art du pianiste: à trente ans à peine, il a une carrière plus que conséquente derrière lui et une belle renommée.

"Good news from Africa" brosse le portrait de ces années de jeunesse, une fusion originale entre Monk, Ellington et les traditions de sa terre natale. Ces bonnes nouvelles d'Afrique sont de bonnes nouvelles pour le monde, passant outre les limitations de style Abdullah Ibrahim s'associe avec un autre exilé de Cape Town, le grand bassiste chanteur Johnny Dyani, et tisse un  chapelet de mélodies envoûtantes, célébration  de la beauté et de la liberté qui abolie à jamais toute idée de frontières quelles qu'elles soient dans l'art de l'improvisation. Le jeu du bassiste est profond, ne se laisse jamais aller à une dérisoire virtuosité, mouvant mais enraciné, totalement africain dans son jeu à l'archet, il offre un cadre aux harmonies libres et légères du pianiste dans une communion palpable.  Et lorsque celui-ci délaisse son instrument pour s'emparer d'une flûte ou d'un saxophone, il s'en échappe des mélodies sinueuses et fascinantes à l'intensité spirituelle riche et profonde et au groove irrésistible.  

 Le piano d'Ibrahim, conteur à nu, se raconte à la façon d'un griot dépositaire et passeur d'une histoire ancestrale mais déjà totalement tourné vers l'avenir. Il distille des souvenirs où la musique est l'expression naturelle de l'existence et accompagne chacun dans toutes les situations importantes de la vie. Il nous confie ses  états d'âme dans un engagement physique total comme une prière d'un coeur blessé mais jamais plaintif et se livre sans retenue. 

 

 

En écoute ici

 

 

 



                                                               

Repost 0