Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 10:20

Pas un seul blues dans ce Lady sings the blues. Tout du moins structurelement, car le chant de Lady Day est l'essence même du blues. Swing trainant, articulation canaille, mélodies comme suspendues dans le vide, l'âme de Billie se révèle de titre en titre à nue, à vif. Entourée de la fine fleur du jazz de l'époque, elle présente ici une sélection de ses thèmes les plus charismatiques et ce souvent dans des versions incontournables.

Pas de blues donc, mais toute la soul et la profondeur qui font battre le coeur de cette musique.
         
   
Southern trees bear a strange fruit
Blood on the leaves and blood at the root
Black body swinging in the Southern breeze
Strange fruit hanging from the poplar trees



 

                                                                    

Repost 0
29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 10:40

Billie Holiday et Lester Young se sont rencontrés dans une Jam Session de Harlem pour ne plus vraiment se séparer. La chanteuse doit au saxophoniste ce nom de lumière : « Lady Day » ; juste retour des choses, elle fera de lui son « président » lunaire. 

Amis, âmes sœurs d’une connivence musicale extraordinaire, cette rencontre est à l'origine de leurs plus belles interprétations et les enregistrements réalisés entre 1935 et 1942 sont parmi l es pages les plus inoubliables de toute l’histoire du jazz. 

Repost 0
26 janvier 2006 4 26 /01 /janvier /2006 00:17

billie holiday solitudeEn juillet 1959, dans la partie d'un hôpital new-yorkais réservée aux Noirs, une femme de quarante-quatre ans se meurt. De la vie de Billie Holiday, tout a déjà été écrit, de l'amour vache aux ruptures, de sa solitude profonde et obsédante comme des pires affronts qu'elle dut supporter. La diva du blues a connu la taule et la gloire, les bordels et les palaces, le désespoir amoureux, l'errance, la solitude, l'alcool, la drogue. Qui mieux que Billie Holiday pourrait incarner la mélodie désenchantée de "Solitude" ? 

Malgré l'usure du temps, malgré les excès, ou peut-être bien grâce à tout cela, la native de Baltimore n'a jamais été aussi touchante et émouvante. La voix est puissante, étrangement rauque, déjà vulnérable, mais ce n'est pas encore la fêlure des derniers enregistrements, où Lady Day apparaît incertaine, vacillante, douloureuse. Prenez le temps d’écouter cette voix, ce n'est pas du blues, vous n'avez jamais entendu chant aussi lent, aussi paresseux, une telle manière de traîner. Ecoutez-la bien, jusqu’à ce que vous arriviez à rentrer dans son rythme intime, à dévoiler ses secrets bien cachés. 


                                                                   

Repost 0