Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La Playlist Majazzotheque

Rechercher

Chroniques

Revue de Web

http://imageshack.us/a/img820/3296/bannierehx.png

 

Liens et connections web

Logo-Pearltrees2.JPG

14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 22:00

 Lorsque Cannonball Adderley et Bill Evans décident d'enregistrer cet album, ils se connaissent déjà bien. Ils ont joué ensemble pendant une année en 1958 avec le Miles Davis Sextet et participés à l'enregistrement du mythique Kind of Blue. Cette réunion mémorable  est complétée par le support rythmique de la moitié du Modern Jazz Quartet : Percy Heath et Connie Kay.  Alliage de swing et de délicatesse, la complémentarité des deux protagonistes - la fougue d'Adderley et le jeux tout en introspection de Bill Evans - fait merveille. La musique, tout en swing décontracté, lyrique, passionnée et passionnante, réfléchie mais non prétentieuse est un miracle d'équilibre. Le pianiste  y est tout simplement exceptionnel tant au niveau des soli que des accompagnements et le saxophoniste tout en rondeur bluesy, d'une rare fluidité ne fait pas mentir sa réputation de générosité.

Un must have !




                                                                 

Repost 0
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 00:06

Julian « Cannonball » Adderley devient en 1958 le saxophoniste alto attitré de Miles Davis. La même année, il l’invite à son tour sur son Somethin' Else.  Miles n'aimant guère jouer sur d'autres enregistrements que les siens, ce sera l'une de ses rares, mais notables, apparitions phonographiques en tant que sideman. La rythmique convoquée pour l’occasion, Hank Jones au piano, Sam Jones à la contrebasse et Art Blakey à la batterie, est d'une cohésion exemplaire et d'une finesse rare. Mise en scène des thèmes, dramatisation des solos, sens de l'espace, contraste des nuances, le répertoire est taillé sur mesure et les interprétations sont magistrales, comme celle de "Autumn Leaves" et sa désormais mythique introduction bluesy. Dans un style très élégant, sans  démonstrations superflues, le saxophoniste impose, malgré son surnom "boulet de canon" - qui vient en fait d'une histoire de gloutonnerie -  la force tranquille de son souffle alors que la fluidité et la paisible douceur de la trompette de Miles Davis s'appliquent à exposer de délicates lignes mélodiques et à transcender le matériel thématique. Le pur plaisir de jouer ensemble qu’éprouvent les protagonistes renforce encore cette si agréable impression d’intimité qui n’est pas sans rappeler l’atmosphère des enregistrements de Miles de cette époque. Cette couleur si particulière est annonciatrice de l’ultime Kind of blue.  Ce n’est pas le moindre des compliments, et suffit à faire de ce disque un indispensable de toute jazzothèque qui se respecte.

 


                                                               

Repost 0